Introduction

Le mariage est une loi qu'Allah a établi dans la création et la formation des mondes. Cette loi est générale et continuelle qu'aucun humain, animal ou végétal ne peut en échapper : Allah le Très Haut a dit :

Et de chaque chose nous avons crée un couple, peut-être vous rappelleriez-vous }
[ Sourate 51 - Qui éparpillent - Ad-Dariyat - Verset 49 ].

Il a dit également :

{ Gloire à celui qui a crée, parmi ce que la terre fait pousser, ainsi que parmi eux-mêmes et aussi parmi ce qu'ils ne savent pas, des couples de toutes sortes } [ Sourate 36 - Yasin - Verset 36 ].

Le mariage est la façon qu'Allah a choisi pour la reproduction, la multiplication et la continuité de la vie après qu'il ait arrangé et préparé chacun de manière à ce qu'il joue un rôle positif pour atteindre cet objectif.

Allah dit :

{ Ô, les gens ! nous vous avons crées d'un mâle et d'une femelle }
[ Sourate 49 - Les appartements - Al-Hujurat - Verset 13 ].

{ Ô, les gens! craignez votre seigneur qui vous a crée d'une personne unique et d'elle son épouse
et qui, des deux a fait foisonner beaucoup d'hommes ainsi que de femmes }
[ Sourate 4 - Les Femmes - An-Nisa' - Verset 1 ].

Allah n'a pas voulu que l'homme soit comme les autres créatures, c'est-à-dire laisser ses instincts agir inconsciemment et laisser la relation entre mâle et femelle dans un désordre et sans norme. II a posé le régime convenable qui garantie la souveraineté de l'homme, protège son honneur et préserve sa dignité en faisant du rapport entre l'homme et la femme un rapport précieux basé sur le consentement de cette dernière, sur l'offre et l'acceptation comme deux aspects de ce consentement et sur un témoignage qui annonce que chacun des deux est devenu pour l'autre.

Ainsi Allah a placé l'instinct sur son chemin sauf, protégé la progéniture de la perte et préservé la femme de devenir un champ commun à n'importe qui. II a précisé également le noyau de la famille que l'instinct de la maternité et l'affection de la paternité entourent de prévenances.

Les fruits de cette famille viennent alors bons et respectueux. C'est le régime qu'Allah a choisi et que l'Islam a réservé en annulant tout autre régime.

Genres de mariages annulés par l'Islam [ revenir en haut ]

Parmi ces genres il y a :

1 - Le concubinage ( la prise d'un amant ) : On disait avant l'Islam qu'il n'y a pas de mal dans ce qui est caché, mais il y a une bassesse dans ce qui est apparent. C'est ce genre de mariage qui est mentionné dans le verset suivant: { Ni de preneuse d'amants } [ Sourate 4 - La Femme - Verset 25 ].

2 - L'échange de la femme : l'homme disait à un autre: " Donne-moi ta femme, je te donnerais la mienne avec de l'argent en plus".

Darqutny a rapporté cette définition d'après Abu Hurayra selon une chaîne très faible. Aïcha a mentionné d'autres genres de mariage. Elle a dit : " Le mariage se faisait avant l'Islam de 4 manières :

- Le mariage actuel : L'homme demandait la main d'une fille ou d'une pupille d'un autre, il lui paye une dot puis se marie avec elle.

- Le mariage d'association « Istibdâ' » : Ce mariage se faisait de la façon suivante: L'homme demandait à sa femme une fois purifiée de ses menstrues d'aller faire le coït avec un autre qu'il précise et s'abstient d'elle jusqu'à ce qu'elle soit porte un enfant. II ne la fréquente de nouveau avant l'affirmation de la grossesse. Le but de ce mariage était d'avoir un enfant noble et intelligent.

- Un troisième genre de mariage se faisait de la façon suivante : Un groupe d'hommes (moins de 10) se réunissaient et faisaient le coït en même temps avec la même femme. Quand elle concevait et accouchait, elle attendait quelques nuits puis envoyait les chercher. Aucun ne pouvait refuser. Une fois réunis, elle leur disait: "Vous connaissez ce que vous avez fait, et maintenant j'ai accouché, cet enfant est ton fils ô tel" et elle nommait celui qu'elle aimait que son enfant ait comme père. L'homme ne pouvait refuser.

- Un quatrième mariage qui se faisait de la façon suivante: Une femme se donne à tout le monde : "La prostituée". Ce genre de femme dressait des drapeaux à la porte qui signifient que n'importe qui peut lui faire le coït. Quand une femme de ce genre concevait et accouchait on cherchait un physionomiste qui indiquait un homme. Ce dernier ne pouvait pas désavouer sa paternité.

Lorsque Muhammad (psl) fût envoyé, il a annulé tous les genres de mariage connus avant l'Islam et n'a conservé que le genre du mariage actuel. Ce régime gardé par l'Islam ne se réalise que par la légalité de tous ses éléments : l’offre, l’acceptation et le témoignage . Ainsi se conclue le contrat de mariage qui permet la légalité de jouissance entre les deux époux qu'Allah a légiféré. Ce mariage détermine les droits et les devoirs des deux époux.

---------- Post added at 05:15 PM ---------- Previous post was at 05:11 PM ----------

Actes et Paroles du prophète Mouhammad (PSL)

Selon Aboû Thalaba El-Khouchani Djourthoum ben Nâchir2, le prophète1 a dit : "Certes, Dieu, Très-Haut, nous a prescrit des obligations, ne les négligez pas. Il a déterminé des limites, ne les transgressez pas. Il a interdit certaines choses, n'en usez pas. Il s'est tu à propos d'autres, par miséricorde à votre égard, non par oubli, n'en scrutez donc pas les raisons.".

Rapporté par Ab-Darakotni
Aboû Sa'îd2 et Aboû Hourayra2 rapportent ces paroles du prophète1 : "Tous les maux qui affligent le musulman qu'il s'agisse de fatigue, de maladie, de soucis, de tristesse, de préjudices, d'afflictions (de tous ordres) jusqu'à l'épine qui le blesse sont autant de motifs que Dieu allègue pour absoudre ses péchés.".

Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim
Aboû Dharr2 rapportent ces propos que le prophète1 nous a transmis de la part de Dieu, exalté soit-il : "Celui qui se présentera avec une bonne action aura une récompense décuplée, ou davantage encore et celui qui se présentera avec une mauvaise action ne sera rétribué que par un châtiment (équivalent à la faute), à moins que Je ne lui pardonne. Celui qui se rapproche de Moi d'un pouce, Je me rapproche de lui d'une coudée, celui qui se rapproche de Moi d'une coudée, Je me rapprocherai de lui d'un empan, celui qui vient à Moi en marchant, J'irai à lui avec empressement. Celui qui viendra à Ma rencontre après avoir commis tous les péchés du monde, à l'exclusion de l'associationnisme, J'irai à lui en lui accordant un pardon à la mesure de sas fautes.".

Rapporté par et Mouslim
Aboû Al-Dardâ'a2 a entendu ces propos de l'envoyé de Dieu1 : "Dieu facilitera l'accès au Paradis à celui qui emprunte une voie avec le désir d'acquérir la science. Certes, les anges recouvrent de leur ailes (protectrices) l'étudiant en quête de science par égard pour ce qu'il a fait. Les habitants des cieux et de la terre et jusqu'aux poissons dans la mer demandent pardon pour le savant. La supériorité du savant sur le dévot est celle de la lune par rapport aux autres astres. Les savants sont bien les héritiers des prophètes. Et les prophètes n'ont légué ni dirham ni dinar. Ils n'ont légué que la science. Celui qui s'empare de cet héritage s'empare d'un bien considérable.".

Rapporté par et Abou Daoud et At-Tirmidhi

Selon 'Ali2, le messager de Dieu1 a dit : "Le vrai avare est celui auprès de qui on évoque mon nom sans qu'il me bénisse.".

Rapporté par At-Tirmidhi
Aboû Mouhammad Al-Hassan2 Ibn Ali2 Ibn Abou Taleb2, descendant de l'envoyé de Dieu2 en tant que petit-fils a dit : "J'ai retenu ceci de l'envoyé de Dieu1 : "Laisse ce qui te jette dans le doute (en tant que chose licite) pour ce qui ne t'y jette pas.".".

Rapporté par At-Tirmidhi et An-Nasa'ï
Aboû Hourayra2 rapporte ces paroles de l'envoyé de Dieu1 : "Les signes (distinctifs) de l'hypocrite sont au nombre de trois : lorsqu'il relate quelque chose, il ment ; lorsqu'il promet, il ne tient pas sa promesse ; et si on lui confie un dépôt, il se montre déloyal.".

Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim
Selon Aïcha2, la mère des croyants, l'envoyé de Dieu1 a dit : "Quiconque fait une hérésie dans notre religion, elle lui sera repoussée.".

Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim
Aboû Hourayra2 rapporte ces paroles de l'envoyé de Dieu1 : "Quiconque apprend l'une des sciences par laquelle on souhaite obtenir l'agrément de Dieu, et qui ne l'apprend qu'en vue d'en tirer profit en ce monde, ne sentira même pas l'odeur du Paradis au jour de la résurrection.".

Rapporté par Abou Daoud
Aboû Abbâs Sahl Ibn Sâad Alsaïdi2 a dit : "Un homme se rendit auprès du prophète1 et lui dit : "Ô envoyé de Dieu, enseigne-nous une action dont l'accomplissement me vaudra l'amour de Dieu et celui des hommes.". Il lui répondit : "Ne t'attache pas aux choses d'ici bas, Dieu t'aimera, et n'envie pas ce que possèdent les hommes, et les hommes t'aimeront.".".

Rapporté par Ibn Majah
Anas2 rapporte ces propos du prophète1 : "Vous n'aurez pas la foi tant que vous n'aimerez pas pour votre frère ce que vous aimez pour vous-même!".

Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Selon Aboû Hourayra2, le messager de Dieu1 a dit : "Dieu le Très-Haut a dit : «J'ai préparé pour Mes serviteurs ce que nul oeil n'a vu, nul oreille n'a entendu et nul coeur humain n'a imaginé. ». Lisez, si vous en voulez une preuve, le verset suivant : « Aucun être créé ne sait ce que L'on a caché pour lui comme sources de sérénité profonde en récompense de ce qu'ils faisait. ». ».

Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim
Selon Aboû Hourayra2, le messager de Dieu1 a dit : "Dieu le Très-Haut a dit : "Quand le fils d'Adam4 meurt, son œuvre s'arrête sauf trois chose :

1. Une aumône continue (i.e. une œuvre d'utilité publique : fontaine, hôpital, asile, école, etc.),
2. Une science dont les gens tirent un profit,
3. Un enfant vertueux qui prie Dieu pour lui (ou qui lui attire les bénédiction des autres.".

Rapporté par Al-BoukhariAnas2 rapportent ces propos du prophète1 : «Celui qui possède ces trois qualités goûtera la douceur de la foi : avoir pour Dieu et Son envoyé un amour qui surpasse l’amour de tous les êtres ; aimer les gens et ne les aimer que (pour plaire) à Dieu ; répugner à retourner à la mécréance après que Dieu vous en ait soustrait, de la même manière que l’on craint d’être jeté au feu.»
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Aboû Sa’id Al-Khoudri2 et Aboû Hourayra2 rapportent ces paroles du prophète1 : «Tout ce qui atteint le musulman, épuisement, maladies, chagrin, douleurs, souffrances, angoisses, même une piqûre d’épine lui vaut de la part de Dieu la rémission d’une partie de ses péchés.»
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Aboû Mouhammad Abdallah Ibn Amr Ibn Al-Ass2 rapporte ces paroles de l’envoyé de Dieu1 : «N’est véritable croyant que celui qui met toute sa passion aux enseignements que j’ai apportés.».C’est un hadith hassan/sahih que l’imam An-Nawawi a transmis du Kitab Al-Houjjah avec une chaîne de transmission fiable ‘Abd Allah Ibn al-‘Abbas Ibn abd-al-Mouttalib2 tient cette sentence de l’envoyé de Dieu1 : «Certes, Dieu a inscrit les bonnes et les mauvaises actions (sur la Table Gardée).». Puis le prophète expliqua ainsi cette parole : «Quiconque a l’intention d’accomplir une bonne action et ne la fait pas se verra compter par Dieu pour une bonne action à part entière. Et s’il l’accomplit après avoir eu l’intention de la faire, Dieu multipliera cette bonne action en la comptant de dix à sept cent fois plus ou encore davantage. Et quiconque pense à commettre une mauvaise action puis s’en abstient, Dieu lui comptera une bonne action à part entière. S’il l’a commet après y avoir songé, Dieu la lui comptera pour une seule mauvaise action.»
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Ibn ‘Omar2 a dit : «L’envoyé de Dieu1 me prit par l’épaule et dit : «Sois en ce bas monde comme un étranger, ou comme un passant.»». Ibn ‘Omar2 et son père2 disaient : «Lorsque tu es au soir, n’attends pas le matin, et lorsque tu es au matin, n’attends pas le soir. Prends sur ta santé pour le moment de ta maladie et sur ta vie pour celui de ta mort.»
Rapporté par Al-Boukhari

Selon Aboû Hourayra2, le prophète1 a dit : «Méfiez-vous de l’envie car l’envie détruit les bonnes actions comme le feu consume le bois (l’herbe).»
Rapporté par Aboû Daoud

Aboû Oumama2 rapporte : «J’ai entendu le messager de Dieu1 dire : «Lisez le Coran car il viendra le jour de la résurrection comme intercesseur pour les siens (ses lecteurs assidus).».
Rapporté par Mouslim

Aboû Yahyâ Suhayb Ibn Sinân2 rapporte ces paroles de l’envoyé de Dieu1 : «Le croyant a une destinée étonnante ; tout ce qui lui advient est bénéfique et ce n’est réservé qu’aux seuls croyants. En effet, lorsqu’un bonheur lui échoit, il remercie Dieu et ceci est un bien pour lui, et si un malheur le frappe, il fait montre de constance et cela est aussi un bien pour lui.».
Rapporté par Mouslim

Aboû Hourayra2 rapporte ces propos de l’envoyé de Dieu1 : «Évitez les sept péchés mortels!». Et quels sont-ils, ô envoyé de Dieu? Demandèrent les compagnons. Il répondit : «L’associationnisme, la sorcellerie, le meurtre interdit par Dieu quand il n’est pas l’application d’une peine, l’usure, le fait de s’approprier le bien de l’orphelin, la fuite le jour du combat et la calomnie proférée à l’encontre des croyantes chastes et insouciantes.».
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Aboû Hourayra2 a dit : «J’ai entendu l’envoyé de Dieu1 dire : «Ce que je vous ai défendu de faire, évitez-le et ce que je vous ai ordonné, accomplissez-le dans la mesure où cela vous est possible. Ceux qui vous ont précédé ont péri à cause de l’abondance de leurs questions et leurs divergences d’opinions à l’égard de leurs prophètes.».
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Selon Ibn ‘Omar2, le prophète1 a dit : «L’Islam est bâti sur cinq fondements :
1. Attester qu’il n’y a de dieu que Dieu et que Mouhammad est son envoyé,
2. la prière,
3. l’aumône légale (Zakat),
4. le pèlerinage,
5. le jeûne du mois de ramadan.»

Rapporté par Al-Boukhari

Ibn Mas’ûd2 rapporte ces propos du prophète1 : «Le paradis est plus près de chacun d’entre vous que le lacet de son soulier et il en est de même de l’enfer.»
Rapporté par Al-Boukhari

Selon Aboû Hourayra2, le messager de Dieu1 a dit : «Hâtez-vous de faire les bonnes actions avant d’en être empêchés par l’une de sept choses auxquelles vous devez vous attendre :

1. Une pauvreté qui vous fait oublier (de le faire).
2. Une richesse qui vous rend arrogant.
3. Une maladie ruinant votre santé.
4. Une vieillesse affaiblissant votre esprit.
5. Une mort mettant fin à vos jours.
6. L’arrivée du faux Messie et c’est le pire de ce que peut vous cacher l’avenir.
7. L’arrivée de l’Heure et «l’Heure est plus mortelle et plus amère encore».
Rapporté par At-Tirmidhi

Selon Bilal Ibn Al Hareth2, le messager de Dieu1 a dit : «L’homme prononce certainement une parole digne de la satisfaction de Dieu sans penser qu’elle atteindrait une telle importance. Dieu lui écrit pourtant à cause d’elle Sa pleine satisfaction jusqu’au jour où il Le rencontrera. L’homme prononce certainement une parole provoquant la colère de Dieu sans penser qu’elle atteindrait une telle importance. Dieu lui écrit pourtant à cause d’elle Sa colère jusqu’au jour où il Le rencontrera.» Rapporté par Malek et At-Tirmidhi

Ibn Mas’oud2 a entendu le prophète1 dire : «La sincérité conduit au Paradis. L’homme ne cesse d’être sincère jusqu’à ce qu’il soit considéré, auprès de Dieu, comme un homme sincère. Par contre, le mensonge conduit à l’infamie et l’infamie conduit au Feu. L’homme ne cesse de mentir jusqu’à ce qu’il soit considéré, auprès de Dieu, comme un menteur.»
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Ibn ‘Omar2 rapporte ces propos du prophète1 : «Chacun de vous est comme un berger et responsable de son troupeau. L’imam est responsable de sa communauté. L’homme est responsable de sa famille. La femme est responsable de son foyer. Le serviteur a la charge des biens de son maître et il en est responsable. Ainsi, chacun d’entre vous est comme un berger et responsable de son troupeau.»
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Jabir Ibn Abd Allâh2 rapporte ces propos de l’envoyé de Dieu1 : «Dieu ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens.»
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Aboû Hourayra2 rapporte ces propos de l’envoyé de Dieu1 : «Le croyant fort est au regard de Dieu meilleur que le croyant faible. Néanmoins, il y a du bien en chacun d’eux. Recherche tout ce qui peut être profitable, aie recours à Dieu et ne faiblis pas! Si un malheur t’atteint, ne dis pas : «Si seulement j’avais fait ceci ou cela.» mais dit plutôt : «Tel est le décret de Dieu qui fait ce qu’il décide.». Car l’expression «si seulement» ouvre la porte aux suggestions du diable.».
Rapporté par Mouslim

Aboû Bakra Noufay' Ibn Al Hârith2 rapporte que l’envoyé de Dieu1 a dit : "Ne dois-je pas attirer votre attention sur les plus graves des péchés capitaux?». Et il répéta cette parole trois fois. Nous lui répondîmes : "Si, bien sûr, ô Envoyé de Dieu.". Alors il nous dit : "L'associationnisme et la désobéissance envers père et mère.". Comme il était accoudé, il se redressa avant de poursuivre : "Il y a aussi la calomnie et le faux témoignage." et il ne cessa de répéter cela au point que nous pensâmes : "Si seulement il n'en avait rien dit!".
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Aboû Hourayra2 rapporte ces propos du prophète1 : «Tout homme a la religion de ses amis. Que chacun de vous choisisse donc ses amis avec soin.»
Rapporté par Aboû Daoud, At-Tirmidhi (Hadith Hassan)


La prière

Le prophète1 a dit : "Les cinq prières (rituelles quotidiennes), (la prière du) vendredi et (le jeûne du mois de) Ramadan sont pardon couvrant (les fautes commises) entre (chaque prière quotidienne, chaque prière du vendredi et chaque jeûne du mois de Ramadan) si les fautes graves sont évitées. "
Rapporté par Mouslim

Salman Al Farisi2 a dit : "Le messager de Dieu1 a dit : "Quand quelqu'un prend un bain le vendredi, se purifie de son mieux, se met un peu de son parfum (ou touche au parfum de chez lui), puis sort vers la mosquée où il s'installe sans séparer deux voisins, fait ce que Dieu lui a prédestiné comme prières surérogatoires et écoute en silence quand l'imam commence son sermon, Dieu l'absout automatiquement de tous les péchés qu'il a commis depuis le vendredi dernier jusqu'à ce vendredi."
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Selon Ibn 'Oumar2, le messager de Dieu1 a dit : "Le prière en commun dépasse en mérite la prière individuelle de vingt sept degrés."
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Selon Aws Ibn Aws2, le messager de Dieu1 a dit : "Parmi vos meilleurs jours est le vendredi. Demandez-y abondamment pour moi la bénédiction de Dieu, car vos prières pour moi me sont présentées."
Rapporté par Aboû Daoud

Aboû Qatâda al-Hârith Ibn Rib’î2 rapporte ces propos de l'envoyé de Dieu1 : "Parfois je me prépare à la prière avec l’intention de la faire durer mais lorsque (au cours de celle-ci) j’entends les pleurs d’un enfant, je l’écourte par crainte de causer du désagrément à sa mère."
Rapporté par Aboû Daoud‘

Abd Allah Ibn ‘Amr Ibn al ’As2 rapporte ces propos que lui avait adressés de l'envoyé de Dieu1 : "’Abd Allah, ne soit pas comme un tel et un tel qui passaient la nuit en prière et qui ont cessé cette pratique.".
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Selon Aboû Hourayra2, le messager de Dieu1 a dit : «Les cinq prières écrites (obligatoires), celles du vendredi au vendredi suivant, le jeûne du Ramadan au Ramadan suivant, font absoudre ce qu’il y a entre eux comme péchés si toutefois on a évité les grands péchés.»
Rapporté par Mouslim
Aboû ‘Abd Al-Rahmân Thawbân, l’esclave affranchi de l’envoyé de Dieu1, rapporte ces paroles : «J’ai entendu l’envoyé de Dieu dire : «Il te faut multiplier les prosternations. Car Dieu, chaque fois que tu te prosterneras devant Lui, t’élèvera d’un degré et t’enlèvera une faute.».
Rapporté par Mouslim

L'aumône

Selon Aboû Moussa2, le prophète1 a dit : "Chaque musulman est redevable d'une aumône. On dit : "Et s'il n'en a pas les moyens?". Il dit : "Il travaille de ses deux mains. Il se fait ainsi du bien lui-même et peut faire l'aumône.". On dit : "Et s'il en est incapable?". Il dit : "Il aide autrui à atteindre ce qui lui tient à cœur.". On dit : "Et s'il en est incapable?". Il dit : "Il prescrit le bien.". On dit : "Et s'il ne le fait pas?". Il dit : "Il s'abstient de faire le mal et c'est déjà pour lui une aumône.".
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Selon Aboû Houraira2, le prophète Mouhammad1 a dit : "Que l'un de vous ramasse du bois à brûler sur son dos, cela vaut mieux pour lui, que de demander la charité à quelqu'un qui, soit la lui donne ou la lui refuse."
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Aboû Houraira2 rapporte ces propos de l’envoyé de Dieu1 : "Chaque jour où le soleil se lève, l’homme doit verser une aumône pour chacune de ses articulations. Rendre la justice entre deux adversaires est une aumône. Aider un homme à enfourcher sa monture ou encore lui faire passer ses bagages après qu’il se soit mis en selle est une aumône. Dire des paroles avenantes est une aumône. Chaque pas accompli en vue de se rendre à la prière est une aumône. Ôter d’un chemin ce qui peut nuire ou gêner est une aumône."
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim


Le jeûne

Aboû Saïd2 rapporte que l'envoyé de Dieu1 a dit : "Nul serviteur ne jeûne un (seul) jour sur la voie de Dieu sans que, par ce jour (de jeûne), Dieu n'éloigne sa face du feu à (une distance de) soixante-dix années (de marche)."
Rapporté par Al-Boukhari, Mouslim, At-Tirmidhi et An-Nasâ'i

Aïcha3 a dit : "Lorsque venaient les dix (dernières nuit du mois de Ramadan), le prophète1 arrangeait ses vêtements (pour la prière), vivifiait ses nuits (par l'adoration de Dieu) et réveillait sa famille. Pour le culte de Dieu."
Rapporté par Al-Boukhari

Zaïd Ibn Khaled El-Jouhani2 rapporte que l'Envoyé de Dieu1 a dit : "Qui donne à un jeûneur de quoi rompre (son jeûne) a la même récompense que lui, sans que rien ne soit diminué de la récompense du jeûneur."
Rapporté par At-Tirmidhi, An-Nassa'i et Ibn Majah

Aboû Houraira2 rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu1 a dit : "Il y a des jeûneurs qui n'auront (d'autre effet) de leur jeûne que la faim (sans récompense), et il y a des hommes qui passent leurs nuit debout en prière mais qui n'auront (d'autre effet) de leur prière que la veille (sans récompense)."
Rapporté par Ibn Majah

Ibn Abbas2 a dit : "L'Envoyé de Dieu1 a déclaré obligatoire l'aumône de la Rupture (du jeûne) ; (il l'a instituée) purification pour le jeûneur des propos futiles et indécents et la nourriture pour les pauvres. (Pour) celui qui s'en acquitte avant la prière (de la fête de la Rupture), elle est aumône purificatrice agréée (par Dieu), (mais pour) celui qui s'en acquitte après la prière (de la fête de la rupture), elle (n')est (qu')une simple aumône parmi d'autres.

Rapporté par Aboû Daoud et Ibn Majah

Aboû Hourayra2 a dit : "L'Envoyé de Dieu1 incitait fortement (ses compagnons) à passer une partie de chaque nuit de Ramadan en veille et prière sans (pour autant) le leur ordonner (et en faire) une obligation. Puis il disait : "Quiconque passe (les nuits du mois de Ramadan en veille et prière, avec foi (profonde en Dieu) et (ferme) conviction (de la récompense), ses fautes passées lui sont pardonnées."
Rapporté par Al-Boukhâri, Mouslim, Aboû Daoud, At-Tirmidhi et An-Nasâ'i

Aboû Houraira2 rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu1 : "Toute chose a son aumône purificatrice, et l'aumône purificatrice du corps est le jeûne. Le jeûne est la moitié de l'endurance."
Rapporté par Ibn Majah

Oubaba Ibn As-samet2 a dit : "Le prophète1 sortit pour nous informer (de la date) de la nuit du destin. Deux d'entre les musulmans se querellèrent (à ce moment là) et le prophète1 dit alors : "J'étais sorti pour vous informer (de la date) de la nuit du destin (mais) un tel et un tel se sont querellés et (cette nuit) me fut alors enlevée : sans doute est-ce un bien pour vous. Cherchez-la donc dans la neuvième, septième et cinquième (nuits de la dernière décade du mois de Ramadan)."
Rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim

Selon Aboû Ayyoub2, le prophète1 a dit : "Celui qui a jeûné le mois de Ramadan puis il l'a fait suivre de six jours de Chawal, c'est comme s'il avait jeûné tout le temps."
Rapporté par Mouslim

Selon Aboû Qatada2, le prophète1 fut interrogé une fois sur le jeûne du dixième jour de Mouharram. Il dit : "Il fait absoudre les péchés de l'an passé."
Rapporté par Mouslim

Selon Ibn Abbas2, le prophète1 a dit : "Si je suis encore en vie l'an prochain, je jeûnerai sûrement le 9ème jour de Mouharram.".
Rapporté par Mouslim

Selon Abdoullah Ibn Amr Al-As2, le messager de Dieu1 a dit : "Le jeûne de trois jours par mois est comme le jeûne de tout le temps.".
Rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim

Abdallah Ibn Al-Hareth2 rapporte d'un des compagnons du prophète1 : "Je pénétrais chez le prophète alors qu'il prenait le Souhour[1] et il dit : "C'est assurément une bénédiction que Dieu vous a accordée, ne l'abandonnez donc pas!".
Rapporté par An-Nasâ'i

Selon Aïcha2 : «le prophète1 ne jeûnait à aucun mois plus qu’il ne jeûnait à celui de Cha’ban. Il jeûnait entièrement Cha’ban.». Dans une autre version : «Il jeûnait entièrement Cha’ban sauf quelques jours.».
Rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim


Aboû Hourayra2 rapporte ces propos de l'envoyé de Dieu1 : "Lorsque vient le mois de Ramadan, les portes du Paradis sont grandes ouvertes, les portes du Feu solidement fermées et les démons soigneusement enchaînés."
Rapporté par Al-Boukhâri

Soulayman Ibn Bouraïda2 rapporte de son père que l’envoyé de Dieu1 dit à Bilal2 : «Ô Bilal! (Apporte) la nourriture!» Il répondit : «Je jeûne.». L’envoyé de Dieu1 dit (alors) : «Nous mangeons notre part de nourriture mais la part restante de Bilal (l’attend) au Paradis. Tu as conscience, Bilal, que les os du jeûneur glorifient (Dieu) et que les anges sollicitent son pardon (auprès de Dieu) tant que l’on mange chez lui.».
Rapporté par Ibn Majah

Aboû Hourayra2 rapporte que l’envoyé de Dieu1 a dit : «Dieu a dit : «Le plus aimé de Mes serviteurs auprès de Moi est le plus prompt à rompre (son jeûne après le coucher du soleil).»
Rapporté par Ahmad et At-Tirmidhi

Aboû Salama Ibn Abderrahman2 demanda à Aïcha2 comment était la prière de l’envoyé de Dieu1 pendant (le mois de) Ramadan. Elle répondit : «Pendant (le mois de) Ramadan ou tout autre (mois), il ne dépassait pas onze rak’ats[2] : il priait quatre rak’ats dont je ne pourrais te décrire la beauté ni la durée puis quatre rak’ats dont je ne pourrais te décrire la beauté ni la durée, puis trois rak’ats. Je lui dis (un jour) : «Ô envoyé de Dieu! Dors-tu avant d’accomplir (la prière du) Witr?». Il répondit : «Ô Aïcha! Mes yeux dorment (mais) mon cœur ne dort pas.».
Rapporté par Al-Boukhâri

Zaïd Ibn Khaled El-Jouhani2 rapporte que l’envoyé de Dieu1 a dit : «Qui donne à un jeûneur de quoi rompre (son jeûne) a la même récompense que lui, sans que rien ne soit diminué de la récompense du jeûneur.»
Rapporté par At-Tirmidhi, An-Nassa’i et Ibn Majah

Salman Ibn Amer Ad-Dabbi2 rapporte ces propos de l’envoyé de Dieu1 : «Lorsque l’un d’entre vous rompt (le jeûne), qu’il rompe avec des dattes car elles ont une «barakat[3]», et s’il ne trouve pas de dattes, (qu’il rompe) avec de l’eau, car elle est une pureté.»
Rapporté par Abou Daoud, At-Tirmidhi et Ibn Majah

Sahl Ibn Sa’d2 rapporte que l’envoyé de Dieu1 a dit : «Il y a dans le paradis un porte dénommée (Arrayyân) par laquelle entreront les jeûneurs le jour de la résurrection. Personne d’autre qu’eux n’y entrera. On dira : «Où sont les jeûneurs?». Alors ils se lèveront, nul autre qu’eux n’y entrera, et, lorsqu’ils l’auront pénétrée, (cette porte) sera fermée et nul n’y entrera plus.»
Rapporté par Al-Boukhari, Mouslim, At-Tirmidhi et An-Nasa’i

Anas Ibn Malik2 a dit : l’envoyé de Dieu1 rompait (le jeûne) avant d’accomplir la prière (du coucher du soleil) avec des dattes fraîches. S’il n’y avait pas de dattes fraîches, (il rompait) avec des dattes sèches et s’il n’y avait pas (des dattes sèches), (il rompait) avec quelques gorgées d’eau.
Rapporté par Abou Daoud et At-Tirmidhi

Le pèlerinage

Aboû Hourayra2 a rapporté que le prophète1 a dit : "Qui fait le pèlerinage sans commettre ni immoralité, ni dévergondage, retourne (chez lui) aussi pur que le jour où sa mère l'a mis au monde. Le petit pèlerinage (Omra) efface les péchés jusqu'à l'Omra suivant. Le pèlerinage pur de tout péché n'a d'autre récompense que le Paradis."
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Selon Ibn Abbas2, une femme dit : "Ô messager de Dieu! Quand Dieu prescrivit l'obligation du pèlerinage, mon père était âgé et ne pouvait se tenir sur sa monture. Puis-je faire le pèlerinage à sa place?". Il dit : "Oui."
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Selon Ibn Abbas2, le prophète a dit : "Il n'y a pas de jours où les actions sont plus aimées de Dieu que ces jours (il voulait dire les dix premiers jours de Zoul Hijja).". Ils disent : "Ô messager de Dieu! Pas même le combat au service de Dieu?". Il dit : "Pas même le combat au service de Dieu sauf s'il s'agit d'un homme qui sortit, offrant sa vie et son argent et revient avec aucun des deux."
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

Aboû Qatada2 a dit : "On interrogea le messager de Dieu sur le jeûne du jour de Arafat, il dit : "Il fait absoudre les péchés de l'an passé et de l'année en cours."
Rapporté par Mouslim

1 : Que la paix et le salut soient sur lui.
2 : Que Dieu soit satisfait de lui.
3 : Que Dieu soit satisfait d'elle.
4 : Que la paix soit sur lui.
test